© 2012-2017 par SPA DE LA RUE.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Black Instagram Icon
  • Google+ Social Icon

La joie de se revoir

December 5, 2017

L’énergie était à la fête lors de la dernière clinique aux Appartements Supervisé Augustine Gonzalez . Plusieurs mamans et leurs petits étaient déjà réunis et discutaient dans la joie de se revoir. On aurait dit qu’une tempête de neige se préparait. Cette clinique était toute particulière car Jean-François Brault s’est joint à l’équipe pour la première fois. Nous étions donc 3 massothérapeutes pour offrir des soins aux 9 mères et 8 enfants âgés entre 1 mois et 18 mois. Les mamans étaient fatiguées et épuisées par toutes ces nuits d’insomnie à s’occuper de leur petit malade d’une mauvaise grippe. Que d’inquiétudes à tenter de trouver une solution pour ces petits nez bouchés, une fièvre carabinée qui ne s’apaise pas; puis les heures passées aux urgences. Elles étaient ravies de pouvoir prendre une pause et de recevoir un massage. Miriam et son équipe ont, encore une fois, fait preuve d’une cordialité exemplaire. Afin de les remercier nous avons décidé d’organiser une clinique en Février juste pour l’équipe.

Josée Tremblay
massothérapeute

Un autre beau moment passé à la clinique aux Appartements Supervisés Augustine Gonzalez. Encore une fois, l'atmosphère était conviviale et pleine de vie. Merci aux intervenantes pour leur accueil chaleureux et leur aide, notamment à Laura qui m'a permis de créer une ambiance "zen" en me passant son cellulaire pour la musique. J'ai revu avec plaisir quelques femmes de la dernière clinique et rencontré d'autres tout aussi sympathiques. Ouf! le temps passe si vite avec les enfants! Le poupon qui n'avait que quelques semaines lors de ma première visite est maintenant un "grand" de 2 mois et surprise! il y avait un nouveau venu, si mignon, puisqu'une des mamans que j'avais massées, qui était enceinte, a depuis donné naissance à cette petite merveille.

Cette fois-ci, plusieurs des femmes sont venues accompagnées de leurs petits pour les faire masser. Ce fut un succès mitigé, car les enfants ne me connaissaient pas. Heureusement, leur mère était là pour m'assister et les rassurer.
Somme toute, la soirée fut très agréable avec la complicité de mes collègues et la gratitude toujours encourageante des mamans et de l'équipe d'intervenantes.

France Martinez
massothérapeute

Il y a des moments privilégiés dans la vie, des moments de grâce où le temps s'arrête et on se sait à la bonne place au bon moment. J'ai eu le privilège d'en vivre un à ma première participation à la clinique du Spa de la rue aux Appartements Gonzalez en novembre.
Quand je me suis proposé comme masso, j'étais conscient de l'enjeu pour les clientes. Imaginez recevoir un shiatsu d'un homme quand on porte en soi l'expérience récente d'un abus ou de mauvais traitements au contact d'un homme... Disons que ça peut éveiller des peurs et que ça prend du courage.

Néanmoins, aux appartements Gonzalez, je n'ai pas senti d'atmosphère lourde, même si la fatigue des âmes et des corps en manque de sommeil se sent. Ici, les intervenantes s'affairent avec tact pour que le milieu transpire la sérénité.

En entrant, j'ai senti un peu de fébrilité dans l'air dans le petit salon où neuf jeunes mères monoparentales et leur bébé attendaient leur massage. Un mélange de hâte et d'appréhension. Jusque là rien de surprenant.

Mais après les premières minutes du premier massage, une douce chaleur de paix est venu s'installer en moi. Je n'avais rien à dire, rien à faire, surtout pas d'intention de guérir à avoir, juste être là et donner un shiatsu en étant vraiment présent et en accueillant mes propres peurs d'être inadéquat. Idem pour le bébé agité de 4 semaines qui s'est transformé en buddha paisible après quelques effleurages sur le front et les pieds sous le regard attendri de sa mère.

Pendant ces 4 massages, j'ai vu le sourire béât poindre sur les visages, les plis sur le front s'aplanir et les respirations s'apaiser et j'ai été envahi par cette certitude d'être à ma place au bon moment. La chaleur dans mes mains pétillait encore après les massages, quand elles me disaient: "merci, ça fait vraiment du bien"!
Un petit moment de grâce donc. J'ai eu l'impression de vivre un coin de paradis, avec une pointe de culpabilité en pensant me sentir encore mieux que mes clientes, comme si c'était moi qui avait reçu un massage.


Peut-être pensez-vous que je divague. En tous cas, je vous souhaite de goûter ça une fois dans votre vie !


Merci à mes collègues masso Josée, France et aux intervenantes de m'avoir accueilli et fait confiance. Et aux femmes courageuses des Appartements Gonzalez : merci, c'est un réel privilège de vous avoir donné un shiatsu.
À la prochaine.

Jean-François Brault

massothérapeute

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche