On cause santé mentale avec le Spa de la Rue

À l’occasion de cette journée soulignant la campagne «Bell Cause pour la cause» pour mettre fin aux préjugés et à la stigmatisation envers les personnes atteintes de troubles de santé mentale, le Spa de la Rue souhaite partager avec vous les bienfaits de la massothérapie sur l’esprit de milliers de personnes auxquelles nous offrons bénévolement nos mains expertes chaque année.

Sans-abris, jeunes de la rue, toxicomanes, femmes, hommes et familles en difficultés: toutes ces personnes sont à risque élevé d’être touchées par le stress, l’anxiété et la détresse psychologique. Ces personnes portent en elles une quantité d’histoires, qui ont parfois mises à rude épreuve leur bien-être, leur sécurité et leur état de santé général. Les cicatrices du passé marquent souvent le lieu de chocs et de traumas difficiles à effacer, tant sur son corps que dans les recoins de sa mémoire.

Certaines de ces personnes doivent se réapproprier leurs sensations et réapprendre à accueillir le touché d’autrui. Un touché empathique qui s’est parfois rarement offert à eux dans les périodes les plus sombres qu’elles ont traversé. Procurant détente, abandon et réconfort, la massothérapie et les soins thérapeutiques permettent à tous et à toutes de pendre une pause, vivre le moment présent et aident à soulager les blessures du passé.

« Lorsqu’on est une personne âgée de la rue on doit apprendre à ne plus se sentir. On doit apprendre à ne pas avoir mal, à ne pas avoir froid ou à ne pas avoir chaud. Donc, par le touché et le massage ils se réapproprient leur corps, se réapproprient eux-mêmes. Et par cela aussi on dénote une nouvelle vision d’eux-mêmes. On aide aussi à développer une réappropriation de leur vie. »

- Martin Raymond, Coordonnateur de la Résidence J-A De Sève de la Maison du Père

En se retrouvant dans la rue ou même en traversant une grosse passe «ruff», on peut s’endurcir si fort que l’on inhibe nos émotions et nos sensations corporelles. Celles-ci nous indiquent des besoins humains fondamentaux qui ne sont pas suffisamment comblés. On fait souvent face à la violence physique et mentale, au regard de la société et à la stigmatisation. Songez qu’à n’importe quel moment de notre vie, il se peut que nous nous retrouvions nous-mêmes en situation de difficulté. Que nous soyons frappés par un évènement important. À ce moment-là, les divers problèmes financiers, familiaux, affectifs, sociaux (et j’en passe) ne font qu’ajouter des morceaux au casse-tête que nous nous efforçons d’assembler pour se reconstruire. Dans ce méandre, on risque fortement de se laisser envahir par des troubles de santé mentale, tels que la dépression, qui compliquent davantage notre quotidien. Selon une étude québécoise faisant le lien entre la précarité, les troubles de santé mentale et la détresse psychologique « les personnes qui vivent des problèmes de santé mentale ou des troubles mentaux affirment à près de 87 % que ces problèmes ont perturbé leur vie à la maison, à l’école, au travail ainsi que leurs interactions sociales.» La précarité représente donc des risques pour la santé mentale des individus autant que la détresse psychologique peut être source de problèmes menant à la précarité.

Ces personnes que nous aidons, ce sont aussi des proches, des parents, des ami.es., des voisin.e.s : des personnes qui méritent du respect, du soutien et de la chaleur humaine comme tout le monde!

-Roxane Chouinard- Bénévole au Spa de la Rue

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Black Instagram Icon
  • Google+ Social Icon

© 2012-2020 par SPA DE LA RUE.